CFP - 5th Interdisciplinary Market Studies Workshop, Copenhagen, June 6 – 8, 2018.

Market Situations – Situated Markets:
5th Interdisciplinary Market Studies Workshop
Copenhagen Business School, June 6 – 8, 2018

 

The Theme


The 5th Interdisciplinary Market Studies Workshop will take place in Copenhagen, a city which derives its name from the harbour and the associated place of commerce that existed there from the 11th century. Købmannahavn translates as ‘chapman’s haven’ and ‘merchants’ harbour’ (portus mercatorum), and as such the city is a living example of how markets and cityscapes have always tended to co-create each other. Copenhagen’s history reveals another insight. Recent critics of the neoliberal city have argued that the privatization of public spaces and the redefinition of the built environment as the object of speculation have led to a privileging of the needs of wealthy investors, for whom shopping malls and luxury hotels matter more than affordable housing and places of recreation (Sassen, 2014). From that perspective, Copenhagen seems to have been a city of speculators, projectors and investors long before we started to speak of neoliberalism: a metropolis thriving on risk, expansion, and even appropriation, of geography and temporality.
From its very beginnings, Copenhagen existed as a market: the place was permanently settled by fishermen and traders, and it developed around the needs of traders and merchants. In the early 17th century, the now famous district of Christianshavn was built by King Christian IV to accommodate a new generation of global merchants who needed modern docks for their ocean-going ships that transported goods between China, India, Africa and Northern Europe.
More recently, Copenhagen has become one of Europe’s largest consumers of steel because of the building of Nordhavn, a harbour area that is home to ferry and cruise-ship berths, a container terminal, marina, and industrial companies. With its various harbour areas, canals and inner-city bridges, ‘Merchants’ Harbour’ shows that it was planned from the beginning to enable market-based interactions.
With this in mind, the workshop organizers invite participants to reflect on the ‘situatedness’ and the ‘sitedness’ of markets. It has long been recognized that it is only within specific historical, spatial, cultural and power-mediated contexts that market actors are able to construct, negotiate and contest the meaning of their actions (Aspers, 2011: 40-56; Tucker et al., 2015). But what is it precisely that makes a social situation ‘a market’; what infrastructure – formal and informal – is needed to bring about and stabilize markets; and what kind of new social situations in turn are brought about by those who take part in markets? While papers on all aspects of market-related phenomena, both empirically and conceptually, are welcome, we invite participants to consider the idea more closely that markets exist in the form of concrete situations, zones and sites (Finch and Geiger, 2010). When approaching market situations and situated markets, we also encourage participants to reconsider recent changes in the nature of political language in North America and in Europe, and in particular the continuous production of homelands and strangers in response to the ongoing migration crisis. Finally, 2018 will mark the tenth anniversary of the collapse of Bear Stearns and Lehmann Brothers. This should raise questions as to the contributions of market studies to the analysis of the financial crisis (Mackenzie, 2011). The conveners therefore particularly welcome papers dealing with any of the following three aspects of the situatedness of markets and of market situations:


1. Language and Imaginations. Market actors need and produce their own genre of concepts, metaphors and rhetoric. Like the term ‘crisis’ (originally denoting a fork in the road), ‘liquidity’, ‘capital’, ‘finance’, and ‘bubble’ are not just economic terms, but also metaphors. We are interested in research that studies the market-building work that economic and managerial concepts are involved in (Chiapello and Gilbert, 2014). What do the changes in the language used by market actors reveal about market-related imaginations, strategies and disappointments (Bakhtin, 1984: 145-195; Tribe, 2015)? This question also points to the fact that markets are not just situated in a concrete site understood as space, but also within the framework of language, that is within word plays, metaphors and allegories.

2. Strangers and Borders. There exists of course a long-standing debate whether markets need, produce or ameliorate estrangement. According to Max Weber, economic action turns even closest friends into calculating strangers (Weber, 2013: 80-93; Roscoe, 2014). By contrast, Viviana Zelizer and Eva Illouz have argued that even the most intimate relationships are often market-mediated. According to both Zelizer and Illouz, love outside the market would be grey and lifeless (Illouz, 2007; Zelizer, 2007). Following on from that, we are interested to hear about work that studies more closely the kind of borders that markets require and erect; and in turn, what kind borders – physical and metaphorical – do markets undermine, and why and how do they tend to do so.
 

3. Time and Fortune. Developing visions and imaginations of future events are key aspects of all economic action (Beckert, 2013). This insight points to the fact that markets also exist in time as a form of context and situation. What’s more, the temporal nature of markets extends from the present into the appropriation of the past (Samman, 2012).
Historical projectors and contemporary entrepreneurs enrol future possibilities into present value, employing narratives of possibility (Parker and Hamilton, 2016) and sophisticated accounting techniques (Muniesa et al., 2017) to capitalise on these imaginations. Market time zooms through the material, the technological, rhetorical and the social. We are therefore interested in receiving proposals that employ time as an analytic category.

Our Keynote Speakers


Jens Beckert is Professor of Sociology and Director at the Max Planck Institute for the Study of Societies, Cologne. His research interests include the sociology of illegal markets, wealth and inequality, and the role of imaginaries and narratives in the economy. His most recent book, Imagined Futures: Fictional Expectations and Capitalist Dynamics (Harvard University Press, 2016), received an Honourable Mention for the 2017 Zelizer Award for Best Book in Economic Sociology.


Eve Chiapello is Professor of Sociology at the Centre d’Étude des Mouvements Sociaux at EHESS Paris. Her research examines the phenomenon of the financialisation of our economy and the tools used for said financialisation. She became widely known for her study (with Luc Boltanski) of The new Spirit of Capitalism (2006). Currently, she leads an international research project on financialisation and the fabrication of intangible assets, funded by the Humboldt Foundation in collaboration with the University of Hamburg.

How to Submit
We invite contributors to submit an extended abstract of 2-3 pages (incl. references) to markets2018.mpp@cbs.dk. Proposals should indicate topic, theoretical positioning, methodology and outline findings, if appropriate. The deadline for submissions is Monday, January 29, 2018. Inquiries about the workshop can be made to any of the workshop organisers. We will notify contributors about acceptance by early March, and full papers will be due early May.

Venue
The Workshop will be organized in collaboration between the Department of Management, Politics and Philosophy (Stefan Schwarzkopf) and the Department of Organization (Trine Pallesen, Christian Frankel, José Ossandón) at Copenhagen Business School. It will take place at the Kilen Building of CBS, right next to the Metro Station ‘Fasanvej’, which is a convenient 20-minutes underground train ride from the airport. For further information see: http://www.cbs.dk/en/about-cbs/contact/maps/kilen-kilevej-14-ab.

Organizing Committee

Lotta Björklund-Larsen, Linköping University (lotta.bjorklund.larsen@liu.se)
Alexandre Mallard, Ecole des Mines ParisTech (alexandre.mallard@mines-paristech.fr)
Philip Roscoe, University of St Andrews (pjr10@st-andrews.ac.uk)
Stefan Schwarzkopf, Copenhagen Business School (ssc.mpp@cbs.dk)
 

Local Arrangements
Stefan Schwarzkopf, Copenhagen Business School (ssc.mpp@cbs.dk)
Trine Pallesen, Copenhagen Business School (tp.ioa@cbs.dk)
Christian Frankel, Copenhagen Business School (cf.ioa@cbs.dk)
José Ossandón, Copenhagen Business School (jo.ioa@cbs.dk)

References
Aspers, P. (2011). Markets. London: Polity Press.
Bakhtin, M. (1984). Rabelais and His World. Bloomington, IN: Indiana University Press.
Beckert, J. (2013). ‘Imagined futures: fictional expectations in the economy’. In: Theory and Society, Vol. 42, No. 3, pp. 219-240.
Byrkjeflot, H., Pedersen, J. S., and Svejenova, S. (2013). ‘From label to practice: the process of creating New Nordic Cuisine’. In: Journal of Culinary Science & Technology, Vol. 11, No. 1, pp. 36- 55.
Chiapello, E., and Gilbert, P. (2014). Sociologie des outils de gestion: Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion. Paris: La Découverte.
Finch, J., and Geiger, S. (2010). ‘Markets are trading zones: on the material, cultural, and interpretative dimensions of market encounters’. In: L. Araujo, J. Finch, H. Kjellberg (eds), Reconnecting Marketing to Markets, pp. 117-137. Oxford: Oxford University Press.
Illouz, Eva. (2007). Cold Intimacies: the Making of Emotional Capitalism. London: Polity Press.
MacKenzie, D. (2011), ‘The credit crisis as a problem in the sociology of knowledge’. In: American Journal of Sociology, Vol. 116, No. 6, pp. 1778-1841.
Muniesa, F., et al. (2017). Capitalization: A Cultural Guide. Paris: Presses des Mines.
Parker, M. and Hamilton, V. (2016) Daniel Defoe and the Bank of England: The Dark Arts of Projectors. Zero Books.
Roscoe, P. (2014), I Spend Therefore I Am: The True Cost of Economics. London: Penguin.
Samman, A. (2012). ‘The 1930s as black mirror: visions of historical repetition in the global
financial press, 2007-2009’. In: Journal of Cultural Economy, Vol. 5, No. 2, pp. 213- 229.
Sassen, S. (2014). Expulsions: Brutality and Complexity in the Global Economy. Cambridge, MA: Harvard University Press.
Tribe, K. (2015). The Economy of the Word: Language, History, and Economics. Oxford: Oxford University Press.
Tucker, B. et al. (2015), ‘Inequalities beyond the Gini: subsistence, social structure, gender, and markets in southwestern Madagascar’. In: Economic Anthropology, Vol. 2, No. 2, pp. 326-342.
Weber, M. (2013). Economy and Society: an Outline of Interpretative Sociology (ed. by Guenther Roth and Claus Wittich). Berkeley, CA: University of California Press.
Zelizer, V. (2007). The Purchase of Initimacy. Princeton, NJ: Princeton University Press.
 

CFP here

Avez-vous lu ? Bernard Cova (2017), La vie sociale des marques, EMS

Bernard Cova (2017), La vie sociale des marques, EMS

 

Les marques font partie de nos vies que nous le voulions ou non. Les marques sont présentes parmi nous et nous aident à forger nos identités. Elles nous fournissent matière à parler, à fêter, à s’engager, etc. Elles nous aident aussi à nous évader d’un quotidien qui parfois nous étouffe. Mais, les marques nous font aussi perdre le contact avec le reste, le monde non marqué.

Cova.jpg

Ce constat contrasté doit nous conduire à être plus intelligents face à ce phénomène nouveau. Les marques constituent aujourd’hui une sphère à part de la société qui vient s’entrecroiser avec la sphère privée et la sphère professionnelle pour structurer notre quotidien. Il s’agit de prendre en compte ce fait social pour lire la condition contemporaine sans y adjoindre un jugement de valeur, de façon à en mesurer objectivement l’impact sur nos vies.

Dans cet ouvrage, Bernard Cova, aborde de manière très accessible, chacun des faits structurant la vie sociale de la marque à partir d’une analyse ethnosociologique de nombreux cas actuels. Il rend compte de la façon dont les marques existent aujourd’hui dans la société indépendamment de leurs créateurs, les entreprises, au travers de phénomènes tels les verbes de marque (brandverbs) ou encore le volontariat de marque (brandvolunteering).

Ce livre s’adresse à tous les fanatiques de marque comme aux professionnels de la gestion des marques et à tous ceux qui veulent mieux comprendre la vie sociale d’aujourd’hui.

JRMGE 2018 - 23 mars, Mons

4ème Journée de Recherche en Marketing du Grand Est
Mons – vendredi 23 mars 2018
 

 

ORGANISATEURS et OBJECTIFS

Le CCMS (Center for Research on Consumers and Marketing Strategy), Université Catholique
de Louvain et Université de Namur

Le Centre Européen de Recherche en Economie Financière et Gestion des Entreprises – CEREFIGE, EA 3942, Université de Lorraine

Le laboratoire d'Economie et Gestion de Reims - REGARDS, EA 6292, Université de Reims Champagne Ardenne

Le Centre de Recherche en Gestion des Organisations - CREGO, EA 7317

Chaque année, la Journée de Recherche en Marketing du Grand Est est organisée par l’un de
ces quatre laboratoires. En 2018, c’est le CCMS (qui regroupe les chercheurs de l’Université
Catholique de Louvain (CERMA-LOURIM) et de l’Université de Namur (Cercle), qui accueillera cette Journée dans les locaux de Mons – Ateliers des FUCAM.
A l’instar des journées qui suivront, cette 4ème Journée de Recherche en Marketing du Grand Est accordera une place privilégiée aux travaux qui renouvellent les options théoriques et
méthodologiques de la recherche en marketing, en proposant par exemple de nouveaux
cadres théoriques, des emprunts à d'autres champs disciplinaires ou à d’autres méthodes
(mesures indirectes, vidéographies, etc.).

Les communications proposées peuvent chercher à s’inscrire dans les grands domaines qui
structurent les recherches menées au sein de l’équipe Marketing du CCMS, à savoir :
 La compréhension du comportement du consommateur, notamment face aux
évolutions du marketing dans un monde digital
 Les effets des actions marketing et de marketing social sur les consommateurs et sur
la consommation
 Les pratiques et phénomènes de consommation
Les communications proposées peuvent néanmoins concerner l’ensemble des thématiques
du marketing
 

MODALITES PRATIQUES


Format de soumission et procédure de sélection
Le format de soumission de proposition de communication est un résumé de deux pages
maximum, développant les principaux apports théoriques, méthodologiques et managériaux.
Les projets de communication seront sélectionnés en fonction de l'originalité et de l'intérêt
scientifique et managérial de leurs apports. Le processus de sélection se fera sur la base des
résumés. Un intérêt particulier sera porté aux contributions qui analysent les controverses et
les débats dans le champ du marketing.

Calendrier

20 novembre 2017 - Proposition de communication (résumé de deux pages maximum)

15 janvier 2018 - Notification aux auteurs des communications acceptées

6 mars 2018 - Envoi des textes définitifs des communications.

Consignes : maximum de quinze pages, times 12, interligne 1,5.

20 mars 2018 - Mise en ligne des actes sur le site Internet du laboratoire LOURIM


Envoi des propositions de communication : jrmge2018@uclouvain.be

Publication


Les communications retenues seront mises en ligne sur le site Internet du laboratoire LOURIM
où elles seront librement accessibles.
Les auteurs conservent tous leurs droits sur les textes, et sont encouragés à les soumettre
ensuite à des revues académiques, conformément à l'esprit de ces journées qui se veulent lieu
de rencontre, d'échange et de débat
Inscriptions & informations pratiques

Tarifs

- Auditeurs : 75 euros
- Participants présentant une communication : 60 euros
- Doctorants : frais d’inscription offerts

Contact : jrmge2018@uclouvain.be

Lien internet

CFP - Journée de la Relation à la Marque dans un Monde Connecté, Colmar, 9 novembre 2018

Première Journée de la Relation à la Marque dans un Monde Connecté
Colmar - 9 novembre 2018
 

 

APPEL A COMMUNICATION


Avec l’appui du groupe de recherche interuniversitaire Center for Customer Management (C*CM), le Centre de Recherche en Gestion des Organisations – CREGO (EA 7317) – organise le 9 novembre 2018 la première Journée de la Relation à la Marque dans un Monde Connecté. Cette manifestation scientifique sera accueillie à Colmar par la Faculté de Marketing et d’Agrosciences de l’Université de Haute-Alsace.
La Journée de la Relation à la Marque dans un Monde Connecté (JR2MC) a pour objectif de rassembler des chercheurs investis dans le domaine du marketing de la relation client ou intéressés par le développement d’une approche relationnelle en matière de management de la marque, s’inscrivant ainsi dans le prolongement des travaux fondateurs de Susan Fournier (Fournier, 1998). Plus largement, les contributions attendues ont vocation à rendre compte du rapport des clients à leurs marques du point de vue de la capacité des marques à installer, développer et maintenir une relation profitable dans le contexte actuel de transformation numérique.
Cette manifestation est ainsi l’occasion de s’interroger d’une part, sur la diversité des modalités d’engagement du consommateur vis-à-vis des marques incluant des formes de participation et de cocréation, mais également de détachement et de résistance, et sur les événements et autres déterminants qui impactent la nature de cette relation ou participent des processus de formation de la loyauté du client en lien avec la satisfaction client et le Customer journey.
Cette journée cherche à interpeller d’autre part, les nouvelles logiques collectives de consommation (communautés de marque, collectifs de consommateurs, ...) qui conduisent à une redistribution des pouvoirs et des modalités de contrôle de la marque. Enfin, il s’agira de questionner la manière dont les entreprises intègrent la relation client tant au niveau stratégique, qu’au niveau de la gestion de l’innovation, des politiques de distribution et communication omnicanales, des démarches de Customer Relationship Management (CRM), ou encore des dispositifs relationnels tels que les programmes de fidélité ou les services consommateur.

En lien avec ces questionnements, est proposée à l’occasion de chaque journée une problématique centrale qui constituera le fil conducteur de la manifestation. Pour la première édition de la Journée de la Relation à la Marque dans un Monde Connecté, cette problématique est la suivante.

« De la consommation collaborative à la collaboration marque-
consommateurs. Quel impact sur la relation à la marque ? »

A la faveur de la digitalisation de l’économie, la consommation collaborative comme pratique collective par laquelle les consommateurs se coordonnent pour acquérir et distribuer des produits ou services contre une compensation monétaire ou autre (Belk, 2014), a connu ces dernières années un essor important. En structurant leurs prestations autour de la mise à disposition de plateformes collaboratives, des marques pionnières comme Blablacar, Autolib, Le Bon Coin, Vinted ou Airbnb se sont positionnées avec efficacité sur les nouveaux marchés du service collaboratif. Toutefois, peu de travaux académiques ont exploré à ce jour le modèle relationnel que ces marques ont établi avec leurs clients.

Les marques traditionnelles, quant à elles, tâtonnent encore pour intégrer les nouveaux codes de l’économie collaborative et mettre en place des relations plus horizontales avec leurs clients. Des initiatives significatives en provenance d’acteurs tels que Decathlon avec le lancement de Trocathlon, Castorama avec le programme Troc’heures ou Patagonia en association à Ebay indiquent que les marques ont d’ores et déjà investi le marché de l’occasion et les plateformes propriétaires pour permettre à leurs clients de développer des activités de troc et d’échanges. Elles sont également nombreuses à recourir au crowdsourcing pour alimenter les composantes de leur politique marketing. Ainsi, se dessine un continuum collaboratif allant de la commercialisation de services collaboratifs inter-consommateurs à la collaboration marque-consommateur, en passant par des échanges collaboratifs inter-clients organisés par la marque dans une perspective possiblement strictement relationnelle.

Dans un tel contexte, il importe que la communauté académique propose des grilles de lecture renouvelées permettant de comprendre comment la nature de la relation aux marques est affectée par l’émergence du phénomène collaboratif.

A titre indicatif, et sans qu’il s’agisse d’une liste exhaustive, il est envisageable de traiter les sujets suivants :
-  Formes de consommation collaborative et proposition de typologies ;
-  Consommation collaborative et empowerment du consommateur ;
-  Crowdsourcing créatif et management par la marque de la collaboration créative ;
-  Nouvelles modalités de mise en relation, communautés de clients et expérience client ;
-  Communautés de marque, création de valeur collaborative et gestion de l’identité de marque ;
-  Pouvoirs et contre-pouvoirs dans la collaboration marque-consommateurs ;
-  Consommation collaborative contra-marque ;
-  Modalités de contrôle par la marque des formes de consommation collaborative ;
-  Spécificité de la prise en charge des réclamations dans le contexte des services collaboratifs ;
-  Nouvelles formes organisationnelles des entreprises liées au développement de la
collaboration marque-consommateurs.

Les papiers proposés peuvent prendre différentes formes : des états de l’art, des recherches conceptuelles ou des résultats d’études empiriques.

 

Procédure d’évaluation des papiers

Le format des communications (voir Annexe) doit suivre celui du congrès de l’Association
Française de Marketing (Times 12, interligne simple, marges 2,5 cm, 5 pages maximum y compris figures et tableaux, références bibliographiques et annexes, hors page de présentation des auteurs et page de titre avec résumé). Les documents sont soumis sous format word. Les communications seront déposées à l’adresse suivante :
https://jr2mc2018.sciencesconf.org/user/submit.

Chaque papier fera l’objet d’une évaluation anonyme par 2 lecteurs (voir comité de lecture).

 

Calendrier


-  Ouverture des soumissions en ligne :  13 novembre 2017
-  Date limite des soumissions en ligne : 14 mai 2018
-  Notification des décisions aux auteurs : 13 Juillet 2018
-  Date limite de réception de la version finale de l’article : 10 septembre 2018
-  Ouverture des inscriptions en ligne : 17 septembre 2018

 

Comité de lecture


Le comité de lecture est placé sous la responsabilité de Françoise SIMON, chercheur au CREGO et professeur des universités à la Faculté de Marketing et d’Agrosciences de l’Université de Haute-Alsace.

Bertrand BELVAUX (Université de Bourgogne)
Yohan BERNARD (Université de Franche-Comté)
Dominique BOURGEON-RENAULT (Université de Bourgogne)
Véronique COLLANGE (Université de Bourgogne)
Thierry DELECOLLE (ISC Paris School of Management)
Marc FILSER (Université de Bourgogne)
Agnès HELME-GUIZON (IAE Grenoble)
Eric JULIENNE (Université d’Evry)
Florence JACOB (Université Le Havre Normandie)
Sylvie LLOSA (IAE d’Aix en Provence)
Lars MEYER-WAARDEN (Université de Toulouse Capitole)
Aîda MIMOUNI (Université de Cergy)
Andreas MUNZEL (Université de Toulouse Capitole)
Gilles NGOALA (Université de Montpellier)
Hanène OUESLATI (Université de Haute-Alsace)
Virginie PEZ ((Université Paris II Panthéon-Assas)
Loïc PLE (IESEG School of Management)
Isabelle PRIM-ALLAZ (Université de Lyon 2)
Valérie RENAUDIN (Université Paris Dauphine)
Dominique ROUX (Université de Reims Champagne Ardenne)
William SABADIE (IAE Lyon)
Françoise SIMON (Université de Haute-Alsace)
Eric STEVENS (ESSCA Ecole de Management)
Pierre VOLLE (Université Paris Dauphine)
Comité d’organisation
Le comité d’organisation est placé sous la responsabilité de Hanène OUESLATI, chercheur
au CREGO et maître de conférences à la Faculté de Marketing et d’Agrosciences de
l’Université de Haute-Alsace.
Saloua BENNAGHMOUCH (Université de Haute-Alsace)
Widiane FERCHAKHI (Université de Haute-Alsace)
Ghofrane GHARIANI (Université de Haute-Alsace)
Laurent GRIMAL (Université de Haute-Alsace)
Ericka HENON (Université de Haute-Alsace)
Hanène OUESLATI (Université de Haute-Alsace)
Françoise SIMON (Université de Haute-Alsace)

 

Déroulement de la journée


La journée se déroulera de 8 h 30 à 16 h 00 à la Faculté de Marketing et d’Agrosciences de Colmar – 32 rue du Grillenbreit. La ville de Colmar est accessible depuis Paris en 2 h 15 par des trains TGV directs. Par ailleurs, une navette ferroviaire (trajet de 45 mn) relie Colmar à l’aéroport international de Bâle-Mulhouse.
Les participants seront accueillis à partir de 8h avec une collation. Le repas de midi et les autres collations sont organisés sur place.
La journée est ouverte aux académiques ainsi qu’aux praticiens désireux de bénéficier des dernières avancées dans ce domaine de la recherche.
Les droits d’inscription pour les communicants comprendront l’hébergement d’1 nuit à l’hôtel, l’accès aux sessions, à trois collations et au déjeuner.

Voir le format de présentation ici