Des utopies pour l'action publique. 25 mai, MINEFI, 139 rue de Bercy

Des utopies pour l'action publique. 

Les futurs démocratiques, économiques et numériques de l'Etat

 

15e édition des Rencontres Internationales de la Gestion Publique - Mercredi 25 mai 2016

 

Déstabilisé face à un futur insaisissable, l’État, comme déconnecté de son histoire, ne parvient pas à écrire son nouveau roman. À l’heure du règne des rapports d’expertise, il peine à questionner fondamentalement les défis qui lui sont posés et, en conséquence, à déployer des actions publiques pour y répondre. Il demeure prisonnier des logiques court-termiste, de l’urgence, de solutions trop technicistes. Et si l’État menait une analyse prospective pour redonner du sens à son action ? S’il exerçait son imagination pour penser autrement, conduire une réflexion pratique et politique, et se projeter dans un ailleurs à venir ?

Accusé d’être intrusif et bedonnant, on reproche souvent à l’État son inefficience en stigmatisant des pouvoirs publics coûteux et obsolètes. « L’État ne peut plus tout faire » revient comme un leitmotiv. Une demande constante de modernisation, d’innovation pousse la gestion publique à se transformer, à s’adapter au XXIe siècle. Les nouvelles technologies participent de la constitution d’une vaste communauté d’individus interconnectés : l’avènement du numérique nourrit un besoin accru de fluidité et de transparence. Aussi, un élan de modernisation de l’administration est en cours, créant une nouvelle relation avec un usager-citoyen, de plus en plus exigeant. On parle d’« État plateforme », d’« ubérisation de l’État » mais qu’en est-il vraiment ? Quelles sont les conséquences pour les services publics ? Est-ce le renouveau tant attendu ?

Face à l’accélération sociale et technique de nos modes d’existence, l’État doit-il tenter de se synchroniser avec ce mouvement ou d’autres options sont-elles concevables ?

Inventer son futur plutôt que de le découvrir, tel est le défi que nous lançons. Et si l’imagination permettait à l’État de s’extraire de cadres contraignants afin de tester de nouveaux scénarios ?  Un exercice de distanciation pour stimuler des visions utopiques, désirables de la gestion publique et se débarrasser des façons anciennes de raconter le monde, penser et agir sur le futur.

 

PROGRAMME PROVISOIRE

À partir de 8 h 00 - Café d’accueil

9 h 00 - Ouverture par Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, ou Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, du Numérique et de l’Industrie (sous réserve).

9 h 15 - Conférence d’ouverture L'État est toujours à réinventer par Bruno Latour, sociologue, Sciences Po Paris, France

9 h 45 - Table-ronde 

L’État face à sa modernité

Modération : Isabelle Bruno, Université de Lille 2

Avec Marc Abélès, EHESS / Dominique Cardon, Orange Labs / Maja Fjaestad, secrétaire d’État auprès de la ministre suédoise du « futur » David Graeber, London School of Economics

 

11 h 15 -

Ateliers : L’État en fiction

Atelier n° 1 – La théorie

Utopie/dystopie : Un État sous contraintes

Atelier n° 2 – La pratique

Uchronie : Et si l’État…

Avec :

Andréas Eschbach, écrivain majeur de la science-fiction allemande

Yannick Rumpala, Université de Nice

 

12 h 30 - Pause méridienne

 

14 heures - Conférence de Michel Serres, philosophe, membre de l’Académie française

14 h 30 -

Conférences en scène - Des utopies en devenir

(18 min. chacune)

 

ART : Frédérique Ait-Touati, chargée de recherche CNRS, EHESS, France, Reconstruire le monde : pouvoirs et savoirs de la fiction

ADMINISTRATION : Laurent Ledoux, secrétaire général, ministère des Transports, Belgique, Des administrations libérées

TECHNOLOGIE : Zak Allal, médecin-entrepreneur, ex-ambassadeur, Université de la singularité (NASA & Google),États-UnisL’hôpital du futurQuand l’homme fusionnera avec la machine

TRAVAIL : Michel Lallement, professeur de sociologie, CNAM, FranceL'âge du faire. Hacking, travail, anarchie

POLITIQUE : Audrey Tang, hackiviste, g0v, TaiwanRéinventer la démocratie

Débat/Discussion (30 min) avec la salle animée par Sylvain Bourmeau, journaliste, France Culture

         

16 h 30 - Remise du prix de la meilleure nouvelle « l’État en 2056 »

16 h 45 - Conférence de clôture par Daniel Innerarity, philosophe, Université de Saragosse, EspagneLa politique du temps : le futur et ses ennemis

17 h 15 - Clôture par Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, ou Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, du Numérique et de l’Industrie (sous réserve).